I'm a title. Click here to edit me

 

La Maison Passive, qu’est-ce que c’est ?

 

 

Le terme "Maison Passive" désigne une construction à très faible consommation énergétique, voire entièrement nulle, par une compensation due aux apports solaires, à la chaleur émise par les utilisateurs et par le dégagement d'énergie des différents appareils domestiques. 

 

Ce principe constructif tend à l'indépendance face aux fournisseurs d’agents énergétiques.

 

Ce type de maison correspond à un standard international conçu par Wolfgang Feist du Passivhaus Institut Darmstadt. Il sert de base au standard Minergie®-P utilisé en Suisse.

 

Un bâtiment construit selon le standard Maison Passive ou Minergie®-P consomme au maximum 30 kWh/m2/an, ce qui représente une économie de 70 % par rapport à une construction traditionnelle nouvelle ou encore une réduction d’un facteur entre 5 et 7 par rapport à la consommation d’un bâtiment des années 60-70.

 

Une maison passive implique un investissement supplémentaire à la construction de l’ordre de 10 à 15 %. L’amortissement de ce surcoût est relativement vite compensé dans la durée par les faibles frais d’achat d’énergies.
 

 

Les principes

 

La Maison Passive se base sur trois aspects essentiels, à savoir :

 

  • La conception globale ;

  • La technique;

  • Le comportement des utilisateurs.

 

La conception globale

 

Elle commence déjà par le choix du terrain qui dans l’idéal doit être abrité des vents, bien orienté c’est-à-dire très bien ensoleillé, sans obstacles projetant de l’ombre comme une construction voisine, une montagne, une forêt, et de bonne nature géologique.      Puis le volume projeté doit s’implanter judicieusement dans le terrain, sa forme est aussi déterminante tout comme la répartition des parties vitrées et les façades pleines ainsi que sa matérialisation.     Finalement, l’organisation spatiale intérieure doit être cohérente et plutôt compacte.
 

 

La technique: L'isolation thermique

 

 L'isolation thermique renforcée de l’enveloppe est le principe fondamental de la maison passive. Elle doit être hautement performante, sans interruption ni brèche afin de limiter les ponts thermiques.

 

Le volume de la construction doit être assez compact afin de limiter la surface extérieure de son enveloppe. Les murs de façade sont isolés de façon optimale. En principe, pour notre climat, leur coefficient de transfert thermique "U" ne doit pas excéder 0,15 W/m²K, mais il est recommandé actuellement que cette valeur atteigne les 0,10 W/m²K ce qui correspond à une épaisseur d'au moins 20 cm d'isolation.

 

La performance thermique des fenêtres est aussi essentielle. Le coefficient de transmission "U" ne devrait idéalement pas dépasser 0,80 W/m²K. Compte tenu de ces exigences, le triple vitrage est souvent requis. Plus que le vitrage en lui-même, c'est l'ensemble de la fenêtre qui doit être performant. Comme les vitrages permettent aussi un gain solaire passif (effet de serre), le coefficient de transmission d’énergie « g » doit rester élevé.
 

 

Les ponts thermiques

 

Ils sont généralement petits par rapport à la surface de l'enveloppe du bâtiment mais représentent une source de déperdition non négligeable. Ils sont présents aux assemblages des parties de construction; p.ex. autour des fenêtres, aux jonctions des planchers avec les façades ou les balcons, du toit et des façades, etc. 

 

Ces ponts thermiques doivent être limités au maximum voire supprimés par des détails constructifs adéquats. La réduction de ces ponts thermiques est importante, notamment  dans une maison passive.
 

 

L'étanchéité à l'air

 

Les déperditions de chaleur par une mauvaise étanchéité à l'air peuvent être très préjudiciables au rendement énergétique. L'étanchéité à l'air doit être soigneusement étudiée dès le stade de la conception, en portant une attention particulière aux liaisons entre les éléments, aux encadrements de baies et aux pénétrations (conduits de cheminée, canalisations, …), etc. Pour vérifier la bonne étanchéité de l'enveloppe du bâtiment, on effectue un test d'infiltrométrie lors duquel on met le bâtiment en pression et les pertes sont mesurées.
 

 

La ventilation

 

Un air intérieur sain implique qu’il soit renouvelé régulièrement. Or en ouvrant les fenêtres, souvent trop longtemps, on dissipe beaucoup d’énergie. Un système de ventilation à double-flux avec récupération de chaleur installé dans la maison passive permet d’une part un renouvèlement régulier de l'air et d’autre part de minimiser les déperditions thermiques. L’utilisation d’un échangeur thermique entre l’air sortant et l’air entrant, ainsi qu’un échangeur air/sol (puits canadien ou registre terrestre) permet de préchauffer l’air en hiver et de le rafraîchir en été, avant qu’il n’entre dans le bâtiment. En intersaison, le système peut être arrêté au profit d’une aération directe par les fenêtres.
 

Le solaire passif

 

Pour valoriser le potentiel fourni par le soleil en hiver, au printemps et en automne, il est nécessaire de capter sa chaleur, la stocker puis de la restituer. L'énergie solaire est captée par les parties vitrées de la maison. Ces vitrages isolants sont dimensionnés selon l'orientation du bâtiment. L'énergie solaire qui pénètre via les fenêtres est stockée à l'intérieur par des matériaux à forte inertie (pierre, brique ou béton), puis restituée dans le volume intérieur par radiation lente.

 

Afin d'éviter l'inconfort occasionné par les surchauffes en été, l'ensoleillement direct des façades est à maîtriser grâce à des protections solaires constructives (auvent, pare-soleil, persienne,…). Ces mesures constructives peuvent être complétées par des stores.
 

 

Le solaire actif

 

Par solaire actif on entend l’exploitation des apports solaires par l’intermédiaire de capteurs thermiques (pour l’eau chaude sanitaire et/ou le chauffage) ou photovoltaïques (producteurs d’électricité). Dans certains cas les capteurs fournissent l’intégralité ou plus de la consommation électrique du bâtiment.
 

 

Les appareils ménagers économes

 

Afin de viser une cohérence globale et de ne pas gaspiller ce qui a été économisé par ailleurs, le concept de maison passive fixe une valeur maximale de consommation énergétique globale ce qui inclut les appareils électroménagers. Ces derniers doivent donc être de première catégorie énergétique (A+++).
 

 

Le comportement des utilisateurs:

 

Finalement, le comportement des utilisateurs a une influence déterminante sur la consommation effective d’un immeuble. 
 

 

En effet, si on :

 

  • accepte de vivre dans des locaux chauffés à 20°C au lieu de 23°C,

  • prend garde à éteindre la lumière ou elle n'est pas nécessaire

  • évite de laisser les fenêtres longtemps ouvertes durant les périodes froides,

 

la consommation d’énergie d’un bâtiment se voit considérablement réduite uniquement par le seul fait du comportement individuel. Certains exemples ont démontré des variations de consommation de plus de 30%, dues uniquement au comportement individuel.

 

Une technologie performante ne sert à rien sans un comportement adéquat des utilisateurs. Il reste donc un facteur essentiel dans l'efficacité énergétique pour tous les types de maison, celui de la maison passive en priorité.

 

Maison passive

Catégories

A propos

Les revêtements de sol

Menuiseries extérieurs

Suivez nous :

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Facebook Social Icône

Showroom :

 

WELEG Sàrl

Chemin des Roses 90

1844 Villeneuve

VD / Suisse

Abonnez-vous pour recevoir des Mises à Jour

© 2012 by Weleg Sàrl 

Nombre de visiteurs :